Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon
Exposition // L’heptalogie franco-américaine // Philippe Terrier-Hermann
0 | 1 | 2 | 3

L’heptalogie franco-américaine

du 2 octobre au 11 décembre 2013
Grande Galerie de l’ISBA.

L’heptalogie franco-américaine est l’association des deux derniers travaux que Philippe Terrier-Hermann a réalisés ces trois dernières années, parallèlement à son activité de professeur de photographie et de vidéo à l’ISBA :
- The American Tetralogy, réalisée en 2011/2012 grâce à une résidence Hors les murs de l’Institut Français
- La trilogie française, réalisée en 2012/2013 dans le contexte d’une commande publique de photographie du Centre national des arts plastiques, Ministère de la Culture et de la Communication

Ces deux travaux distincts ont en commun d’interroger le potentiel fictionnel des paysages à travers le cinéma, comme puissance créatrice de modèles, exaltant la beauté et la célébrité tant des lieux que des acteurs. Dans ces deux projets, le photographe explore les relations entre cinéma et quotidien, mémoire et représentations, réalité et fiction, paysages et décors. Aussi, ces deux projets ont en commun une réflexion sur la place de l’image dans notre société. En créant de multiples images de films qui n’existent pas Philippe Terrier-Hermann tente de nous dérouter et demande à chaque spectateur de construire sa propre narration, avec ces images orphelines de scenarii. Pour ce, il a développé de multiples types de monstration de ses images, principalement sous formes de multiples : éditions -livres, affiches, posters géants, cartes postales, magazine- mais aussi une potentielle fiction à travers la lecture d’un commissaire critique de cinéma (Matthieu Orléan), et d’un auteur compositeur (Edward Barrow), sous la forme d’un ciné concert.

Cette exposition, en rassemblant pour la première fois, ces deux expériences, propose à travers ces multiples documents exposés, une réflexion sur la diffusion de l’image imprimée dans notre société et de la manière que nous avons de nous les approprier. Avec ces images au statut flou, Philippe Terrier-Hermann explore les limites du champ de l’art plastique en les plaçant au delà, dans des univers normalement réservés à la publicité, à la musique, au cinéma ou à l’industrie du tourisme.

The American Tetralogy
The American Tetralogy, réalisée intégralement en Californie, rassemble une trentaine d’acteurs américains et européens dans une épopée qui traverse les lieux et les époques. La Californie est mise en scène à travers des souvenirs de cinéma, des clichés cinématographiques et par les présences d’acteurs. Une mise en scène de la réalité de ces lieux qui les placent possiblement dans le champ de l’image artificielle du monde, une sorte de magnificence de la banalité. Hold in Mind, His Hold, Hold On, et Hold Back sont les quatre temps de ce corpus qui interroge le cinéma en faisant appel à l’aura des acteurs et au génie des lieux. Mamie van Doren, la "bombe sexy" des années 50 réapparait sur la plage de Newport, Andy Gillet retrouve Clara Bellar dans les collines devenues "Rohmeriennes", Gaspard Ulliel rencontre Roxane Mesquida dans un « dinner » et Sharon Stone incarne la star absolue.

La trilogie française
De nombreux paysages français sont indissociables des films dont ils ont été le décor. Story-board de 3 films imaginaires qui se déroulent du Havre à Marseille, La trilogie française invite à l’interprétation, au jeu et à l’exploration des territoires. Son histoire n’est pas imposée, elle reste à écrire... À travers la fiction, chacun peut ainsi poser un nouveau regard sur sa région.
D’un lieu à l’autre, un fil narratif se devine, suggéré par les personnages récurrents, la progression prend des airs d’errance, à l’image de l’itinéraire des 3 road-movies – Les songes d’Anna, L’échappée d’Adèle et Le vertige de Victoire. Le choix des paysages trace un parcours de la Normandie à la Provence en passant par l’Ile de France et la Franche-Comté et tente d’associer des paysages immuables -que l’on serait tenté d’appeler d’autrefois- avec des territoires en mutations tels les Halles à Paris ou bien le port de Marseille. Cette épopée dresse un état de la France actuelle. Les 25 comédiens ont eux aussi été choisis afin de représenter la diversité de la population et du potentiel narratif et filmique qu’ils peuvent, chacun à leur manière, évoquer. De Charles Berling à Andréa Férreol et de Hafsia Herzi à Joakim Latzko, c’est un véritable casting qui est convoqué ici.
La trilogie française est née suite à un appel à projet du Centre national des arts plastiques, dont la politique de commande photographique exprime le désir de « renforcer la présence de la photographie dans l’espace public et au cœur de la société ». L’originalité de ce projet réside surtout dans son dispositif de diffusion sous forme de 400 affiches publicitaires et d’un million de cartes postales diffusées pendant l’été 2013 sur l’ensemble du territoire national, questionnant ainsi les conditions actuelles de la circulation des images.
Les photos ont été exposées sur des panneaux publicitaires dans l’environnement même où elles ont été prises, sans texte ni explication, invitant le public à redécouvrir ses propres paysages quotidiens. Chaque individu est confronté au mystère qui entoure cette série de photos. Le détournement de ce mode d’affichage, habituellement réservé aux messages publicitaires, interroge la présence démesurée de l’image dans notre champ visuel et la généralisation de la culture pour tous, avec ses méthodes marketing identiques à celle des produits de grande consommation. Clin d’œil ludique au jeu de piste pendant la période estivale, la carte postale permet à chacun de s’approprier les images, et pourquoi pas de les accumuler dans l’idée de retracer l’itinéraire complet du projet, du Havre à Marseille. Ce million de cartes a été distribué gratuitement grâce aux collectivités territoriales, FRAC et centres d’arts partenaires.


Rendez-vous
Mardi 1er octobre 2013 - 20h30 à la Rodia, Besançon : Ciné Concert
en partenariat avec le FRAC Franche Comté 
The American Tetralogy, Philippe Terrier-Hermann, 2012, 42mn, France/Etats-Unis
scénario de Matthieu Orléan, musique Edward Barrow
avec Marshall Bell, Clara Bellar, Douglas Booth, Nicole Garcia, Andy Gillet, Ashley Hinshaw, Roxane Mesquida, Stéphanie Sokolinski, Sharon Stone, Gaspard Ulliel, Mamie van Doren…

The American Tetralogy, réalisée intégralement en Californie, rassemble une trentaine d’acteurs américains et européens dans une épopée qui traverse les lieux et les époques. La Californie est revisitée à travers des souvenirs de cinéma, des clichés cinématographiques par les présences d’acteurs. Une mise en scène de la réalité de ces lieux qui les placent possiblement dans le champ de l’image artificielle du monde, une sorte de magnificence de la banalité. Hold in Mind, His Hold, Hold On, et Hold Back sont les quatre temps de ce corpus qui interroge la fictionnalité du cinéma en faisant appel à l’aura des acteurs et au génie des lieux. Mamie van Doren, la "bombe sexy" des années 50 réapparait sur la plage de Newport, Andy Gillet retrouve Clara Bellar dans les collines devenues "Rohmeriennes", Gaspard Ulliel rencontre Roxane Mesquida dans un « dinner » et Sharon Stone incarne la star absolue. Cette soirée est organisé en pré-ouverture de l’exposition "L’héptalogie franco-américaine" à l’ISBA


Mercredi 2 octobre à 17H30 à l’auditorium de l’ISBA

Conférence de Pascal Beausse sur les missions et commandes publique de photographie. Pascal Beausse est responsable des collections photographiques du Centre National des Arts plastiques à Paris. Critique d’art et commissaire d’exposition, il enseigne l’histoire et la théorie de la photographie à la HEAD, Haute école d’art et de design de Genève. Il est chercheur dans le laboratoire Curatorial/Knowledge, Goldsmiths, University of London. Lauréat du programme Villa Kujoyama – Institut français/ministère des Affaires étrangères – Institut franco-japonais du Kansaï, résidence de chercheurs et d’artistes à Kyoto (2007).


du 16 octobre au 14 novembre, « La trilogie française » sera aussi présentée partiellement à l’Espace 13-15, 13-15 rue de la Préfecture, Besançon


Philippe TERRIER-HERMANN est né en 1970 en France. Après des études à Chicago et à la “Rijksakademie” à Amsterdam il séjourne à Bruxelles, à Rome (Villa Médicis), à Tokyo (Villa Médicis Hors les Murs) afin de réaliser différents travaux essentiellement sous forme de photos ou de vidéos. Depuis 2000 son travail a été présenté au Museum voor Fotografie à Anvers, à la Biennale de Sharjah aux Emirats Arabes Unis, à la Biennale de Busan en Corée, à La Fémis, au Jeu de Paume et au Centre Pompidou à Paris, à De Appel à Amsterdam, au Jeu de Paume, à la Cinémathèque et au Grand Palais à Paris et au Centro Reina Sofia à Madrid.. Certaines font aussi parties des collections du Musée National d’Art Moderne. Il enseigne à la Cambre à Bruxelles et à l’ISBA à Besançon depuis 2007. www.terrier-hermann.com


Institut Supérieur des Beaux Arts de Besançon I 12, rue Denis Papin, 25000 Besançon I T. +33 (0)3 81 87 81 30